Russie : Le lac BaÏkal, l'idée fait son chemin


« Construire des sentiers au bord du lac Baïkal ? Stupide !» se dit Andreï Sudknyov quand on lui suggère l’idée pour la première fois en 1990.
« Quel intérêt, on peut très bien marcher sur les plages ! » Et pourtant l’idée fait son chemin : en 1998, il se lance et fonde l’association Great Baïkal Trail (GBT), traduisez les « sentiers grandioses du Baïkal », qui compte aujourd’hui 3 salariés et 60 volontaires de tous âges ultra investis dans l’association et dans la préservation de leur perle de Sibérie, le lac Baïkal. Une idée pas si stupide que ça ?


Agrandir le plan

DYNAMIQUE :
Ce qui compte, ce n'est pas tant de construire des chemins...

LUMIERE SUR :
Vladimir Khidekel, patriote et fier de son lac et Staz, 14 ans et déjà chef d'équipe

Fin du mois de juin, c’est enfin le début de l’été en Sibérie. Vladimir Khidekel, l’un des salariés de l’association part demain à la pointe nord du lac Baïkal, encadrer un camp international d’une quinzaine de jeunes pendant deux semaines. Objectif : couper, tracer, élargir pour construire environ un kilomètre de sentier.... lire la suite

GBT travaille en étroite collaboration avec le Muséum d'histoire naturelle d'Irkoutsk. C'est là que nous rencontrons Vladimir (30 ans) et Staz 14, deux volontaires de GBT. Une soixantaine de bénévoles russes comme eux font vivre GBT et accueillent l'été les volontaires étrangers dans les camps d'été.... lire les interviews

ZOOM :
La plus grande réserve d’eau douce du monde

Le lac Baïkal n’est pas le plus grand du monde en superficie : il est le huitième, derrière la mer Caspienne et les grand lacs d’Amérique notamment. Par contre il est le plus grand en volume. Pourquoi ? lire la suite

DYNAMIQUE : ce qui compte, ce n'est pas tant de construire des chemins...

Fin du mois de juin, c’est enfin le début de l’été en Sibérie. Vladimir Khidekel, l’un des salariés de l’association part demain à la pointe nord du lac Baïkal, encadrer un camp international d’une quinzaine de jeunes pendant deux semaines. Objectif : couper, tracer, élargir pour construire environ un kilomètre de sentier.

« Les touristes locaux sont peu respectueux de l’environnement, ils boivent sur les plages et jettent sans remords leurs déchets. Créer des chemins permet de concentrer les venues sur quelques parties du lac et donc de faciliter la collecte des déchets », nous explique-t-il.

Ici, sur les bords du lac Baïkal, il n’y a pas vraiment d’offres touristiques. La Sibérie est très loin de Moscou et se sent souvent oubliée par le gouvernement fédéral. Pour se développer et préserver l’environnement, il faut donc agir localement !


Cette année, GBT va organiser 4 camps d’été. Les participants sont pour moitié des jeunes Russes venus des environs et pour moitié des jeunes venus du monde entier… Pour GBT, ces camps révèlent bien des intérêts. En plus de construire des chemins et de faire se rencontrer des jeunes de différentes cultures, ils permettent de sensibiliser la jeunesse, notamment russe, aux enjeux économiques et environnementaux de la région.

GBT fonctionne essentiellement grâce à son réseau de 60 bénévoles âgés de 15 à 46 ans. Staz, Natasha, Olya, Nadia... ils sont tous très impliqués dans le fonctionnement de l’association : vente de T-shirt au logo de l’association, la tenue des comptes, gestion de l’hôtel GBT à Irkoutsk, l’encadrement des camps d’été, etc. Ils sont joignables à toute heure et toujours disponibles si il y a le moindre problème.

Aussi, pourquoi construire des chemins autour du lac Baïkal ? Sensibilisation à l’environnement, implication des jeunes, lutte contre la pollution, développement économique… Andreï le résume ainsi : « Ce qui compte ce n'est pas tant de construire des chemins, c’est tout ce qu’il y a autour qui est intéressant. »

LUMIERE SUR Vladimir Khidekel, patriote et fier de son lac!

GBT travaille en étroite collaboration avec le Muséum d'histoire naturelle d'Irkoutsk. C'est là que nous rencontrons Vladimir (30 ans) et Staz 14, deux volontaires de GBT. Une soixantaine de bénévoles russes comme eux font vivre GBT et accueillent l'été les volontaires étrangers dans les camps d'été.


Comment êtes vous devenu bénévole pour GBT?

Je suis né à Angarck, à 50 km d'Irkoutsk. J'ai fait des études de biologie et aujourd'hui je travaille à 50% pour le Muséum d'histoire naturelle d'Irkoutsk et le reste du temps comme bénévole pour GBT. C'est en 2002 que j'ai participé à un premier projet en tant que volontaire où j'ai appris beaucoup au sujet de la construction des chemins. Puis en 2004 j’ai fait un voyage à Seattle où je me suis perfectionné sur ces techniques.

Quel est pour vous votre plus grand succès avec ces chantiers?

Je dirais sans hésiter les 25 km de sentiers que j'ai construits sur la côte est du lac. Ils ont nécessité 25 équipes de 15 jeunes pendant deux semaines chacune, et sur deux étés. Au départ les gens étaient hostiles à notre projet et ne comprenaient pas pourquoi faire des chemins. Aujourd'hui ils nous soutiennent! Nos jeunes volontaires russes sont très motivés et apprennent beaucoup à GBT. Par exemple Staz, à seulement 14 ans, est déjà capable d'encadrer un groupe sur un chantier.

Pourquoi êtes vous si attaché au lac Baïkal, le croyez-vous menacé?

Parce que je suis un patriote! Même si j'ai voyagé en Afrique, en Europe ou aux Etats-Unis, je pense que c'est l'un des plus beaux endroits sur terre. L'eau est claire et fraiche, elle a une énergie que vous pouvez sentir et prendre en vous. C'est un milieu riche et fragile mais encore très préservé. Le gouvernement donne des terrains aux riches moscovites pour construire près du lac et ne nous aide pas à développer d'autres formes de tourisme. On a peur de rien en Sibérie, et je suis un optimiste réaliste, je pense que l'éco-tourisme peut se développer, créer des emplois et faire prendre conscience aux gens qu'on a plus à gagner à respecter le lac qu'à le salir. Comme on m'a dit une fois lors d'un safari en Afrique : « on gagne plus à montrer nos éléphants qu'à les tuer! ». Si tu aimes travailler, que tu as de bons contacts, de bons volontaires, tu n'as peur de rien même si c'est la crise !

LUMIERE SUR Staz, 14 ans et déjà chef d'équipe


A seulement 14 ans, tu es déjà être chef d'équipe pendant les camps d'été. Comment en es-tu arrivé à avoir déjà ces responsabilités?

J'ai toujours vécu à Irkoutsk, et j'ai connu GBT il y a 5 ans. Je suis devenu volontaire dans les camps d'été où j'ai appris les méthodes de rénovation et de construction de chemins. Depuis l'année dernière je suis assistant de chef d'équipe. Le chef d'équipe est un adulte, il est responsable de tout le groupe, mais c'est moi qui apprends aux volontaires venus de Russie ou d'ailleurs comment construire les chemins. Lors du prochain camp il y aura 15 bénévoles de 15 à 24 ans, je serai le plus jeune!

En quoi consiste ton travail à GBT et qu'est-ce que cela t'apporte ?

Pendant l'année je vais à l'école de 8h à 13h et l'après-midi je suis bénévole au muséum ou au bureau de GBT. J'aide au rangement, à la vente de T-shirts ou à faire la revue de presse. Je ne sais pas ce que je vais faire plus tard mais je pense toujours vivre à Irkoutsk et rester bénévole à GBT. Tout me plaît dans les activités de GBT : construire des chemins, rencontrer des jeunes de différentes cultures, vivre dans la nature...

ZOOM : La plus grande réserve d’eau douce du monde

Le lac Baïkal n’est pas le plus grand du monde en superficie : il est le huitième, derrière la mer Caspienne et les grand lacs d’Amérique notamment. Par contre il est le plus grand en volume. Pourquoi ? Parce qu’il est très profond, jusqu’à 1600 m soit en moyenne 5 fois plus profond que le lac supérieur aux Etats-Unis.

A lui seul, il représente donc 20 % de l’eau douce de surface disponible sur terre à l’exception des glaciers, de la banquise et des glaces du Groenland soit autant que les cinq grands lacs des Etats-Unis réunis. Pour imaginer l’importance de ce volume, prenons cette comparaison intéressante : s'il fallait remplir la dépression du Baïkal en y dirigeant l'eau de tous les cours d'eau du globe, ce processus prendrait 300 jours !



posté par l'équipe DynamOS'Olidaire le 16/04/2009


[Commentaires (0)] [Ajouter un commentaire] [Revenir à la carte des reportages]

Russie : Le lac BaÏkal, l'idée fait son chemin en photos



Photo suivante

( photo 1 / 16 )

Le lac Baïkal est la plus grande réserve d'eau douce du monde (20%) et le lac le plus profond (1600 mètres).



[Commentaires (0)] [Ajouter un commentaire] [Revenir à la carte des reportages]

Commentaires


pas encore de commentaire


www.dynamosolidaire.fr | Accueil | Projet | Partenaires | Soutien | Nous suivre | Blog | Contacts | © Copyright DynamoS'olidaire 2008