Franck, cycliste, guitariste et negociateur hors pair



Début Novembre, Népal :


Petit déjeuner à Katmandou, l’ordinateur sur les genoux on se pose la question suivante : mais Franck on le met en coup de cœur ou en insolite ? difficile de classer dans une rubrique ce voyageur passionné…

On avait repéré Frank dans un restaurant à sa chemise orange genre artisanat népalais, achetée dans une des échoppes du quartier touristique de Thamel, dans le centre de Katmandou. Le soir même nous le recroisions dans une librairie, lui achètait le « courrier international », et nous des écussons des drapeaux de pays à coudre sur nos sacoches de vélo. Mais ce n’est que le lendemain matin, dans l’ambassade indienne ou nous poirotions des heures pour obtenir nos visas, que nous réalisons que Franck voyage lui aussi à vélo.

A l’ambassade, Franck est encore là avec sa chemise orange. Il s’est offert cette chemise pour fêter sa première année de voyage à vélo. Bientôt 20 000 km qui l’ont vu traverser l’Europe du sud, le Golfe Persique, l’Inde. Il s’apprête à présent à remonter la Chine, la Mongolie, la Russie et l’Europe du nord. Il ne devait partir qu’un an mais finalement, il se prend encore 6 mois… pas presser de retrouver la France le Franck.

Le lendemain de notre rencontre, il se décide à nous suivre pour un trek d’une semaine autour de l’Annapurna. Franck est aussi un guitariste et chanteur confirmé, ce n’est pas souvent qu’il croise une guitare sur son chemin. C’est décidé, la guitare de Loïc résonnera là haut, à 5416 mètres ! Depuis un an, Franck se fixe comme règle de ne jamais payer un centime pour passer la nuit, il dort donc sous tente ou le plus souvent se fait inviter chez l’habitant. Il veut continuer d’appliquer cette règle pendant le trek, mais sur cette route on ne peut compter que sur les guest house pour dormir. Les premiers soirs, nous obtenons toujours une chambre gratuite assez facilement en échange d’un diner et d’un petit déjeuner. Ceci se fait beaucoup dans les hôtels de la région mais on nous dit toujours de ne pas le répéter aux autres touristes, ou aux hôtels voisins. 


Décor buccolique et ciel bleu, il n'e faut pas plus à Franck pour chanter Bob Dylan à la guitare


Pour ne pas payer l'hôtel, Franck lui a acheté une babiole une fois et demi son prix.

Au Vietnam et à Katmandou, nous avons pris l’habitude de négocier âprement, pour un ticket de bus, une chambre ou un paquet de gâteau. Mais Franck est le champion incontesté en la matière. Si bien que tous les commerçants lui demandent s’il ne vient pas d’Israël. En effet, nous constatons depuis des mois que partout où nous passons, les Israéliens ont la réputation de négocier les prix. Alors avec ses cheveux bruns bouclés, on lui fait souvent la remarque « vraiment tu es français, mais pourquoi tu négocies autant ?

La règle du « j’veux pas payer pour dormir » atteint ses limites le dernier jour de la marche, à Jomson. Dans l’hôtel Majesty où nous nous sommes arrêtés à midi, le patron refuse de nous faire la chambre gratuite, même si nous prenons trois repas chez lui. Mais 0,5€ par personne, ça n’est pas la ruine. Nous proposons à Franck de lui payer la chambre, il n’aura qu’à payer le thé le lendemain et l’honneur est sauf. Le soir, Tanguy demande au patron si la chambre « is still free ? », il veut dire « est-elle libre ? ». Mais le patron comprend « is still for free ? », ce qui veut dire « est-elle toujours gratuite ? ». La petite phrase mal comprise met d’un coup le boss en colère, il lève le poing « mais pourquoi vous chercher toujours à négocier, est-ce que j’aurai une chambre gratuite dans votre pays ? ». Tanguy et Franck déroutés par cet excès de colère commencent à rire du quiproquo. Le boss lui ne rit pas. Il balance son poing dans la figure de Tanguy, et bientôt s’est tout le staff de l’hôtel qui s’en prend aux deux gars.

»

Trois minutes plus tard, Loïc et Thomas qui étaient à l’étage descendent hallucinés. Tanguy et Franck sont à l’autre bout de la rue en chaussette, le rez-de-chaussée de l’hôtel est en ébullition « mais qu’est-ce qui s’est passé ?». L’hotel a pris des allures de saloon du Far West pendant quelques instants. La soirée se finira au poste de police où nous souhaitons signaler l’incident, c’est quand même pas normal de se prendre des coups pour si peu. Alors Franck coup de cœur ou insolite ? Son caractère bien trempé et son aventure solitaire nous font aujourd’hui pencher pour l’insolite, mais il peut déjà compter sur notre présence à Notre Dame le jour de son retour.



posté par Tanguy, Loïc, Thomas le 08/11/2009

[Commentaires (1)] [Ajouter un commentaire]

Commentaires


Céline, le 17/11/2009 à 15:19
Et Tanguy dans tout ça, il s'en est remis ???

1


www.dynamosolidaire.fr | Accueil | Projet | Partenaires | Soutien | Nous suivre | Blog | Contacts | © Copyright DynamoS'olidaire 2008